Essay Contest

1st Place Entry

 

The Battle Against Cholera

by Sejal Kothadia

North Mecklenburg High School, Grade 12

Poverty, unsanitary conditions, hunger and disease are all vivid memories of my trip to India during the summer before my senior year in high school. Not only did visiting India help me understand my heritage and culture better, it also gave me an entirely new perspective on health issues. If I had the means to travel outside of our national borders to alleviate suffering for others, I would go to a developing nation, most probably India and join the battle against Cholera. Cholera is one of the world’s leading bacterial illnesses in the world and if I could work to stop it from infecting people, I could potentially save millions of lives.

Coming from a country where we have absolutely no worries about our tap water, I do not think that we can fully understand the devastating effects Cholera can have on an individual. This ravaging illness’ main symptom is simply diarrhea. For many people, they would not even considering having Cholera, they would just think they have eaten something that their stomach caused it to react poorly. If I were to go into other countries to alleviate the suffering of others, one of my primary goals would be to inform people of the symptoms of cholera. Early detection is the key in treating any illness.

After seeing the unsanitary conditions in some of the most developed and advanced cities in India, I was shocked that people were able to live under those circumstances. I saw children filling buckets full of tap water out of puddles in the street and women washing their dishes in run-off water. I could not believe what I saw and was amazed that even though I was in a fairly modernized part of the country, the people were still facing struggles in obtaining clean, purified water. I would try to help develop some type of sanitation system for the people living there. I would raise awareness about Cholera and how it spreads through water. By talking to the locals, printing pamphlets in the local language, and posting signs, I would be able to warn the people about how easily they can contract the illness and how susceptible they are to being infected. The materials I would distribute would have information about how to sterilize the water and also show how easy it is to prevent death from the bacterial illness. One of the key points I would mention here would be some information I have read in the New Scientist. Recently, a scientist named Rita Colwell discovered that by simply using a piece of a sari, five yards of material that many women wear everyday, families can eliminate ninety nine percent of the Cholera bacteria. Almost every woman in India has old saris and by using the saris as filters along with other sterilization methods, there could be a very easy solution to such a huge problem.

It is a shame that thousands of people die every year from Cholera. In 2001 alone, at least 300,000 people died from Cholera. The Vibrio cholerae bacterium is so strong that can cause people to succumb to the illness within several days. In many developing countries, simple IV units are not available for patients who have lost dramatic amounts of fluid for their bodies. If I could go to any other country, I would inform the people about what they needed to do in case they thought there was a Cholera infection. As long as the individual stays hydrated and takes in as much fluid that is lost, they should be able to survive. It is easier said than done, but I would like to open up a small clinic where people could receive information on preventing the illness and if they were in doubt about possibly being infected, I would have several rooms allotted for treatment and diagnosis.

In today’s changing and developing world, it is necessary that the necessities of life are obtained. It is essential that everyone in the world had clean drinking water and if for some reason they are infected with a gastrointestinal illness, there should be places where trained professionals can provide free or low-cost treatment. It is a shame that we are unaware of the ramifications that Cholera and other illnesses create. Loved onescan be lost, family structures can be disturbed, and most importantly, lives are being taken. Even though it would be hard to start a large worldwide campaign against Cholera, it is something that should definitely be done in the future. Wealthy countries should encourage and assist other weaker countries to develop better sanitation systems and in turn, the country’s people would be healthier, happier and more prosperous. Losing lives to unsafe water supplies is intolerable and if I had the power to stop people from their suffering, never again would a simple bacterium kill so many innocent poeple.


Poetry Contest

1st Place Entry

If I could travel throughout the land…

by Michael Frixen

Butler High School, grade 10

If I could travel throughout the land

And lend the world my helping hand
Africa would be my destination

So I could extend the wealth of our nation

Straight into the back country I’d go

And help tribes like the Bantu and Ibo

Save the children and fight against AIDS

Would be the goals of my visiting days

Next on my list of things to do

Venture to India to help the Hindu

Although their culture is different from mine

Let’s work around that; there’s not much time

Construct good houses in which to live

So in the next earthquake, foundations won’t give

Bring in running water with plumbing and pipes

Control flooding rivers with levies and dikes

Time to move on; our work here is done

Though the fight against poverty has only begun

Go back home for rest but we start back out soon

Next is China, with its droughts and monsoons

Give our aid and build walls to hold the Yellow

And hold back this beast, so deceptively mellow

We do our best to restrain the Yangtzee

And prevent deaths like the rise of a new dynasty

Water the patties and make them bear rice

Then repair their roofs and coat the walls…twice

Sweep the floor clean as a nice little favor

And from here we move on…but I’ll visit later

Going to Mexico, we give the poor food

And get even the hopeless in that Fiesta mood

In Ireland we help the unfortunate move on

And give plays to the children…dressed as Leprechauns

We come back to America, home of the free

Where we often forget our own disparity

Adopt A Child and Save the Children seem to help out

But we need everyone’s help in this ever-growing bout

Shelters give care and presents bring cheer

But this all would not work without volunteers

The people who contribute their time and talents

Are really what keep this system in balance

Now  get off your feet! Ask-what I can do?

And help the world out, not just for them, but you too!


French Essay Contest

1st Place Entry

Changez le monde!

Maintenant, comme je suis et j’ai seulement dix-huit ans, je ne peux pas changer beaucoup dans le monde sans de l’aide. Alors, je préfère essayer de changer le monde pendant que je fais mes études, parce que je pense pouvoir la justice si j’étais avocate, mais comme une étudiante, je ne suis pas bien préparée pour se battre contre les lois injustes. Aussi, si j’étais médecin, je pourrais soigner les gens, mais maintenant je ne sais pas très bien comment soulager les souffrances physiques. L’éducation est une des choses les plus importantes pour pouvoir aider les autres. C’est la raison pour laquelle je veux m’améliorer avent que j’essaie d’améliorer le monde. On ne pourra qu’être une bonne personne si on a de la compassion. Alors, même si je ne sais pas très bien comment soigner les gens, je peux aider les gens souffrants parce que j’ai de la compassion et je ferais tout que je peux pour soulager les souffrances des personnes. Si je suis patiente, diligente, et au coeur charitable et bienveillant, je peux améliorer les vies des autres.

Pour améliorer le monde, j’irais premièrement en Afrique, parce que je pense que l’Afrique est le continent le plus pauvre, et avec la majorité des gens souffrants le monde. Je commencerais avec les pays qui souffrent le plus, et ensuite j’irais aux pays qui n’ont pas besoin de beaucoup. Je ne pense pas que les souffrances d’une personne soient plus importantes que les souffrances d’un autre, mais on doit commencer quelque part, et je pense que c’est meilleur de commencer avec les endroits qui on besoin de beaucomp de travail, pour qu’on ait plus de temps pour améliorer les choses à ces endroits. Suele, je ne pourrais pas aider beaucoup de gens, alors je m’inscrirais aux Corps de Paix, une organisation qui a beaucoup de ressources pour satisfaire les besoins des gens. Ou, peutêtre, je fonderais une nouvelle organisation. Personne ne peut changer le monde seul ; on a toujours besoin d’autres. Alors, j’aurais besoin de beaucoup de personnes si je voulais aider les personnes qui ont besoin de moi. Probablement, mon organisation imaginée aurait des connections avec les Corps de Paix, l’Amnesty International, et les autres organisations similaires.

Pour aider les peuples du monde, je m’occuperais premièrement des besoins physiques des personnes, comme le faim, le soif, la chaleur, les blessures, et cetera. Sans doute beaucoup de personnes ont des problèmes mentaux sérieux, mais les souffrances physiques sont souvent plus urgentes que les souffrances mentales. Aussi, on ne peut pas s’occuper de sa dépression émotionnelle quand on meurt de faim ou de soif. Les besoins physiques affectent souvent les émotions des personnes, et perfois les besoins mentaux sont soulagés quand on n’a plus de problèmes physiques. Alors, si je fondais une organisation humanitaire, l’organisation aurait beaucoup de médecins pour soigner les personnes.

Ensuite, je m’occuperais des besoins mentaux et émotionnels du monde. Je suis partie d’un groupe de conseilleurs à mon école, et je parle avec mes pairs souvent à propos de leurs problèmes. Alors, en essayant de soigner les esprits et les coeurs des gens, je leur parlerais pour comprendre leurs problèmes et aussi pour pouvoir les aider. C’est fascinant, l’effet qu’on peut avoir avec les problèmes émotionnels quand on parle à une personne à propos de ses émotions négatives. De plus, j’essaierais d’encourager la compassion dans le gens que j’aiderais pour que ces gens aident les autres. Comme je ne suis pas une conseilleuse certifiée, mon organisation humanitaire aurait aussi des psychologues pour aider avec les crises d’émotion et d’esprit.

Une autre partie qui est très importante pour améliorer les vies des peuples du monde est la justice. Mon organisation humanitaire aurait une grande équipe d’avocats parce qu’il y a beaucoup de pays dans ce monde qui ne sont pas justes. Beaucoup de personnes sont emprisonnées pour des raisons injustes, et ce qui est pire est que beaucoup de personnes innocentes sont exécutées. Récemment, le président des Etats-Unis a essayé d’apporter de la justice en Irak. Heureusement, Saddam Hussein n’est plus le dictateur d’Irak. Malheureusement, le président des Etat-Unis a utilisé la violence pour achever son but. La guerre, la violence, n’est jamais juste, d’aprés moi, même si nos <<ennemis>> sont violents. On pense que les guerres peuvent apporter la paix, mais ce n’est pas vrai. Claudius, un empereur roman, a dit, <<Si on veut de la paix, on doit se préparer pour la guerre.>> Je ne suis pas d’accord avec cette déclaration. Une personne qui est un partisan très passionné de la paix est le Dalai Lama. Une de mes citations préférées est celle-la du Dalai Lama: <<La paix dans le monde n’est pas possible par la haine et la violence.>> Peutêtre, après une guerre, il y a une période courte de la paix, mais éventuellement, il y aura une autre guerre à cause de la notion fausse qu’on peut résoudre les problèmes avec la violence. On peut voir que maintenant en Irak il y a beaucoup de mortes des soldats américains et des citoyens Irakis; quelque mois après la déclaration du président que la guerre est finie, la violence continue en Irak. Nous devons trouver un autre moyen pour avoir la paix.

Je suis bouddhiste, alors je said que tout le monde souffre, et qu’on ne peut pas avoir une vie sans souffrance. Mais, je suis optimiste aussi; je pense qu’on peut calmer les souffrances des autres si on a de la patience et de la compassion. Ma définition de la compassion est l’amour pour tous les gens du monde, simplement à cause de leurs souffrances. Le Dalai Lama dit: <<Si vous voulez que les autres soient heureux, pratiquez de la compassion. Si vous voulez être heureux, pratiquez de la compassion.>> Ce n’est pas difficile d’avoir de la compassion. Quand on voit les gens qui souffrent et quand on comprend la signification de cette souffrance, on ne peut qu’aimer ces gens et on ne peut que vouloir les aider.

<<Pour un meilleur avenir plus heureux, plus stable, plus civilisé, chacun de nous doit développer un sentiment de fraternité qui est sincère et affectueux.>> Cette déclaration du Dalai Lama est vraie, d’après mois. Je ne peux que penser que les personnes sont bonnes, et qu’ils ont toujours besoin de l’affection. J’espère avoir assez de compassion pour aider non seulement mes amis, mais aussi les étrangers en besoin. On ne peut pas être satisfait avec sa vie si on ne fait pas les choses pour les autres parfois. En aidant les autres, je me fais heureuse. Je crois à la compassion – si j’ai de la compassion, je n’aurai pas besoin de récompenses pour mes actions. La gloire est les sourires des personnes qu’on a aidées.


French Poetry Contest

1st Place Entry

Où est la paix?

Qu’est-ce que c’est la paix?

Doit-on avoir besoin du gouvernement,

Des officiels, des signateurs, du traité?

Avons-nous la paix maintenant?

Horrible sont la guerre, le combat

Et nous créons des traités, nous donnons de l’or

Mais nous ne réussissons pas

Car les deux existent encore.

De la guerre vient la douleur,

De la douleur vient la souffrance.

Nous sommes arrivés à l’heure

Nous devons arrêter – pas de patience!

De l’Europe à l’Amérique,

Les nécessités manquent des gens;

À l’Australie, et à l’Afrique,

Plusieurs des populations souffrent.

Des mots est des papiers supérieurs

Ne peuvent pas améliorer le monde;

Ce sont les beaux sourires et coeurs,

Qui soulagent ceux qui défendent.

Avec les instruments et la connaissance,

Les amis que nous aurons rencontrés.

Au revoir le guerre! Au revoir la souffrance!\

La paix est à présent à notre portée!

Donnez des médicaments, donnez de l’argent,

Avec de l’aide, les pauvres sont sauvés.

Donnez une sourire aux petits enfants –

En créant des amis, on crée la paix.

La paix reste à l’intérieur de nos coeurs.