Voices Against Indifference Initiative

A Decade Inspired by Elie Wiesel

sponsored by

The Leon Levine Foundation

Sandra and Leon Levine


French Essay Contest

2nd Place

 

Il S'Agit D'Aider

By: Catherine Beasley
Junior, Charlotte Country Day School
 

            Aujourd’hui, si je lis le journal, la première page des informations que je verrai aura peut-être dix articles au sujet de conflit ou d’oppression ou d’injustice. Partout j’entends des histoires des forces nèfastes et violentes dans le monde et meme dans ma ville. Aussi, Night par Elie Wiesel, me rapele que cettes forces de l’injustice et de la violence peuvent avior un mauvais effet sur des millions de gens.

            Quand j’entends parler de cettes histories de l’injustice contre les innocents, les faibles, ou la minorité, je suis toujours triste. Je suis sensible à la douleur des victims. Puis, je pense « Comment est-ce qu’on peut commettre tant d’atrocité? » Je suis frustrée parce qu’ il y a beaucoup d’injustice dans le monde mais peu d’accord. Tout de meme, j’ai pitié de ces gens de tout mon coeur. Alors, je decide que je veux les aider. On doit avoir cette motivation ou on ne changera rien.

            Suis-je résponsible de réparer touts les problèmes du monde? Non. Cette tâche serait impossible. Mais, je suis responsible de faire tout ce que je peux quand c’est possible. Si je m’assieds et ne fait rien quand je sais que je peux aider, je suis partie du problème. Je dois réaliser que les victims, soit ils sont d’un autre pays soit ils sont d’àcôté de chez moi, ils sont humains comme moi, et ils méritent de la jusitice et du respect. D’ailleurs, j’ai du pouvoir pour ceux qui n’en ont pas. Peut-être que je ne peux pas réparer le probléme entire, mais je dois aider si possible.

            Tout let monde a la capacité d’améliorer la vie de quelqu’un. On a besoin de la motivation et du croyance que les humains doivent se respecter parce qu’ils sont égaux. On doit savoir qu’on importe à la qualité de la vie ici et ailleurs. Puis, on peut commencer à combattre l’humanité et l’injustice dans sa communauté et dans le monde. Mais, comment est-ce qu’on procède à atteindre ce but?

            Je define « la qualité de la vie » par le competence pour vivre heureux et la disponsibilité des nécessités. Dans ma communauté, quand je veux aider des gens à avoir cettes choses, je pense que c’est le plus éfficace de leurs donner mes temps et m’attention plûtot que seulement mon argent. Si je passé un peu d’argent à quelqu’un, cette action n’est pas personelle et peut-être inutile. Alors, il faut travailler et former des connections avec des personnes pour faire une vraie différence.

            Dan mon école et ma ville, je peux combattre aussi le racism et le sexism et les autres discriminations injustes. Je pense qu’on doit faire la resolution d’essayer de ne pas stéréotyper. Si on stereotype, on ôte de la chance de connaître une personne effectivement. Aussi, on doit parler du racism et du sexism en classe pour que des élèves soient conscients de l’injustice, et pour qu’ils doivent former des opinions. Si la motivation peut disséminer, peut-être la communauté sera plus sans parti pris. Peut- être on aura plus d’acceptation.

            L’ education en général peut lever la qualité de la vie et lib érer quelqu’un de ses pr éjud és. En classe on apprend des histories des gens qui a lutté contre l’inégalité. On apprend aussi des histories des victims de la violence, du viol, ou de la discrimination. Puis on demande des questions au sujet de la société et du monde qui nous encircle. On commence à penser soi-même et former ses croyances. L’èducation très répandue, je contribute à la lutte pour la justice dans ma communité et ma nation.

            Je crois que j’ai la même résponsibilité de faire tout ce que je peux pour arrêter l’inhumanité autour du monde que j’ai pour plus proche. Malgré la distance entre ces gens et moi, si leur situation me fait triste ou frustrée, je dois essayer de les aider. Si j’ai cettes emotions mais je ne fais rien pour changer la situation, je suis partie du poblème. Alors, qu’est-ce que je peux faire tellement end grand? Je suis seulement une personne!

Pour faire une vraie difference dans le monde, on a deux bons choix. Le premier choix, si on est troublé par une injustice quelquepart de loin, est de voyager à cette place et donner  ses temps et son attention comme on ferait plus près de chez lui. Cette choix me fournirait la possibilité d’une interaction personnelle et aussi l’assurance que mon travail vaut bien la peine. La deuxième choix est de se joindre à une des organizations où on habite qui est dévoué à aider la situation à laquelle on s’intéresse. Si on se joint à une organization, sa voix sera mieux entendue parce qu’il y a beacoup de gens à côté de lui qui veulent la même chose. Tout les deux cas seraient de bonnes methods pour changer la vie de quelqu’un d’un autre pays qui est opprimé.

Si je suis vraiment passionée pour mon but d’améliorer des vies et de lutter contre la corruption ou l’injustice, peut-être que j’inspirerai mes concitoyens à le même vision. Je suis jeune, mais quand même, je puex disséminer ma motivation et finalement changer le monde.

            Nous devons ne pas manquer de se rappeler les injustices du passé. La livre Night nous a appris cette leçon. Mais aussi nous devons regarder le monde aujourd’hui. Nous devons réaliser l’importance et les qualités précieuses de la vie humaine. Il faut être oppose à l’intolérance et l’oppression parce que nous sommes touts humains. Puis, nous pourrons vivre dans un monde où tout le monde recoit le respect et la justice qu’il mérite.